Football (D1F, Juvisy) : Beauchet en colère contre ses joueuses après le...

Football (D1F, Juvisy) : Beauchet en colère contre ses joueuses après le nul contre Bordeaux

0
PARTAGER
Marie Chrsitine Terroni (au centre) accompagnée de Laure Lepailleur et Emmanuel Beauchet. ©S.A.

L’entraîneur du FCF Juvisy Essonne ne s’est pas montré tendre avec ses joueuses, qui n’ont pas su battre les Girondines de Bordeaux (0-0), samedi après-midi. 

Habituellement mesuré et compréhensif, Emmanuel Beauchet, l’entraîneur, n’a pas apprécié du tout la prestation de son équipe samedi face à Bordeaux (0-0). S’il a de nouveau répété, à raison, que les absences de Gréboval, Cascarino et Matéo (sélectionnées aux championnat du monde U20) combiné aux blessures de cadres (Jauréna, Bilbault, Thiney) n’ont pas permis de bien préparer les derniers matchs, il a clairement reproché « une insuffisante au niveau de l’intensité, de l’engagement, de la justesse, de l’envie d’être décisives, notamment dans les 30 derniers mètres ».

Sur le papier, le FCFJE avait en effet largement les capacités de l’emporter face aux Bordelaises. Un succès aurait eu le mérite de partir en vacances avec un peu plus de sérénité après les défaites contre l’OM (1-2) et le PSG (0-3) qui ont fait tomber le club juvisien à une décevante 5e place. En l’absence de Bilbault (reprise) et Thiney (coup à l’abdomen contre le PSG), Declerq et Butel étaient chargés de la construction du jeu. Franchement timides, elles n’ont jamais su accélérer le jeu. L’entrée de Jauréna, de retour de blessure, a fait du bien, mais la gardienne bordelaise Launay fait les arrêts au bon moment.

La réaction d’Emmanuel Beauchet :

« C’est décevant. Notre première période est insuffisante au niveau de l’intensité, de l’engagement, de la justesse, de l’envie d’être décisives, notamment dans les 30 derniers mètres. Quand on est à domicile face à une défense qui a pris 30 buts dans la saison (Bordeaux), on n’a pas besoin de stratégie. Je prend le ballon, j’élimine, je centre, je tir et je marque. Sauf que ça il faut avoir envie de le faire, avoir envie de faire les efforts et en première mi-temps on était pas dans ce registre là, donc c’est vraiment décevant de la part de certaines. Dans l’attitude, on ne remplace pas Soubeyrand, Guilbert, en claquant des doigts, c’était des filles symboles, des filles qui ont porté l’équipe et le club au plus haut. Ce sont des filles exceptionnelles, qui ont été internationales et qui ont marqué l’histoire du club et un peu plus loin donc faut pas croire que parce qu’on porte le maillot, qu’on est ces filles là, on en est loin. Je donne ce message là pour bien expliquer les choses et que chacune ait des objectifs et qu’on soit dans l’humilité, la simplicité, et qu’on défend le club et le maillot avec conviction, avec force et qu’on fasse surtout pas preuve de suffisance ou de légèreté et ça c’est le plus embêtant. C’est ce qui m’a dérangé le plus, mais croyez moi que le message et le travail au quotidien est fait et donné chaque jour. Mais encore une fois ce sont des filles qui sont jeunes, qui sont en apprentissage et parfois quand on est jeune on se trompe un peu, on a besoin de prendre de grosses déconvenues, des claques. »

Juvisy – Bordeaux : 0-0. Abitre : Mme. Bonnin.

Juvisy : Deville – Soyer (De Almeida, 79e), Tounkara, Cascarino, Gréboval – Dusang, Declerq (Jauréna, 65e) – Catala, Butel, Diani (Matéo, 57e) – Coleman. Ent.: Beauchet. 

LAISSER UNE RÉPONSE