Modification du RER D : les élus mobilisés, les usagers « écœurés »

Modification du RER D : les élus mobilisés, les usagers « écœurés »

0
PARTAGER
Romain Colas et Jean-Baptiste Rousseau expliquent les changements aux utilisateurs.

Tous les utilisateurs empruntant la ligne du RER D vers Paris, en partant de la liaison de la « Vallée », devront, à terme, changer de train à Juvisy-sur-Orge. Les élus de l’Essonne montent au créneau.

La semaine du 20 mars, ils se sont rendus dans les gares qui pourraient prochainement être impactées. En tête de file, Romain Colas, maire de Boussy-Saint-Antoine et député de l’Essonne. La raison de leur colère : un futur projet du Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) et de la SNCF visant à « réduire les irrégularités et d’accroître la desserte de la branche du « Plateau » ». Concrètement, les trains du RER D empruntant la liaison de la « Vallée » (Corbeil, Evry Grand Bourg, Evry Val de seine et Ris-Orangis) en direction de Paris, devraient s’arrêter à Juvisy-sur-Orge. Les utilisateurs auront donc obligation de descendre et de monter dans une autre rame.

Un changement qui aurait de lourds impacts, autant sur les Essonniens que sur l’économie du territoire. « Sur notre territoire, cela aura différents enjeux : d’abord les contraintes des utilisateurs mais aussi la baisse de la valeur immobilière », regrette Jean-Baptiste Rousseau, maire de Soisy-sur-Seine. En gare de Ris-Orangis, jeudi 23 mars, nombreux sont les utilisateurs qui découvrent ce futur projet.

« Je suis écœurée, on nous met complètement de côté », affirme une usagère. A quelques mètres de la gare de Ris-Orangis, un nouvel éco-quartier est en train d’être construit. « Les gens ont acheté ici pour avoir un train qui va jusqu’à Paris, affirme Stéphane Raffalli, maire de Ris. Nous comprenons la volonté du Stif, mais il existe une autre option qui permettrait de rattraper le retard de la Région en terme de transport. » L’idée du maire serait de créer une autre ligne entre Juvisy et Gare de Lyon « en plus, il existe déjà du foncier, donc c’est possible », analyse-t-il.

L’intégralité de l’article est à retrouver dans notre édition du jeudi 30 mars 2017

LAISSER UNE RÉPONSE