Montlhéry : La tomate contre la dystonie repart en bicyclette

Montlhéry : La tomate contre la dystonie repart en bicyclette

0
PARTAGER
Les bénévoles ont vendu les tomates sur la place du marché avec l'aide du Lions club.

62 cyclos, une trentaine de bénévoles, 4 camions de tomates : le joyeux cortège de la 13e édition de la randonnée cycliste La tomate contre la dystonie est parti de Pithiviers ce jeudi 5 mai. Le coup d’envoi a été donné la veille à Montlhéry à l’occasion d’une journée de vente et de sensibilisation avant que tous les participants se retrouvent autour d’un repas.

Ils sont de retour sur les routes de France. Réunis ce jeudi 5 mai à Pithiviers, les coureurs de la randonnée cycliste La tomate contre la dystonie ont pris le départ de la 13e édition aux aurores. Au programme : 700 km et 5000 m de dénivelé pour rejoindre Marmande. Au fil de leur aventure, les 62 cyclistes et les bénévoles encadrants découvriront plusieurs villes étapes telles que Loches, Saint-Junien ou encore Bergerac. Et pour la première fois, ils traverseront les départements de la Vienne et de la Gironde. « Nous allons nous surpasser pour les malades, nous allons pédaler pour eux», a affirmé Jean-Pierre Lentignac, président de l’association La tomate contre la dystonie, lors du coup d’envoi organisé le mercredi 4 mai à la salle des fêtes. L’occasion pour Philippe Maréchal, vice-président des groupes ADPS, principal partenaire de l’événement, de remettre un chèque de 2 500 euros aux organisateurs. Trois autres seront remis lors des différentes étapes.

Au total, les groupes ADPS remettront 10 000 euros à l'association.
Au total, les groupes ADPS remettront 10 000 euros à l’association.

Afin de sensibiliser le plus grand nombre à leur action, les membres de l’association ont organisé une journée de vente et un après-midi jeux sur la place du marché avec l’aide du Lions club local. De nombreux enfants ont profité des trampolines, des chiens guides et des parcours en vélos pendant que leurs parents faisaient le plein de tomates et de fraises.

Plus d’informations à retrouver dans notre journal ou notre édition numérique du jeudi 12 mai.

LAISSER UNE RÉPONSE