A Saclas, le cinéma fait son chemin

A Saclas, le cinéma fait son chemin

0
PARTAGER
Sarah Lancry lors des premiers essais pour le film Du Baume au Cœur (photo Marie Létournel).

Le Sud-Essonne regorge de talents et les initiatives originales s’y succèdent. Preuve en est avec la création d’une boîte de production cinématographique.

En Chemin Productions est née de la rencontre entre Clara Meyer, qui a créé l’espace de coworking CoworkGreen et Nicolas Durand, qui est venu un jour découvrir cet espace. Atomes crochues et expériences communes ont amené ces deux personnes à sympathiser et à parler de leurs projets.

Nicolas est auteur, traducteur, scénariste et entrepreneur. Surtout il est un homme qui a beaucoup d’idées dont celle d’écrire un film sur deux aveugles qui se percutent dans la rue sans savoir que l’autre est aveugle.

« C’est un scénario sur lequel je travaille depuis longtemps et en décembre dernier j’ai décidé de le réaliser« , confie Nicolas. Il s’agira en l’occurrence d’un court-métrage pour lequel il sera épaulé par son associée dans En Chemin productions, Clara Meyer. Cette dernière s’occupera du côté logistique dans un rôle de chargé de production.

Un film qui parle de la cécité des valides et de non-valides

La particularité du film qui sera intitulé Du Baume au cœur sera son interprétation par des personnes malvoyantes ou aveugles. « Un choix pas forcément évident dans le monde du cinéma. Mais qui mieux qu’une personne malvoyante peut jouer une personne malvoyante« , interroge Nicolas.

Ainsi avec Sarah Lancry dans le rôle de Christelle, Aziz Zogaghi dans le rôle de Joseph et Moh Aroussi dans le rôle de Boïko, Nicolas et Clara vont démontrer que le talent d’acteur se joue aussi du handicap.

Le film sera une comédie. Il ne parlera pas du handicap mais des personnages. Mais il sera bien sûr une invitation à la réflexion « sur la cécité dont nous faisons tous preuve, voyants comme non-voyants, lorsque notre chemin croise celui de nos semblables et du cinéma qu’on se fait dans nos têtes…« , expliquent Nicolas et Clara.

Pour soutenir ce projet original est sympathique, il est possible de participer au financement via une plateforme participative. Avis aux amateurs !

Vous pouvez suivre le projet sur la page Facebook du film. D’autres informations seront à retrouver dans l’édition du 13 avril du Républicain de l’Essonne.

LAISSER UNE RÉPONSE