« Un lac équivaudra à un euro »

Écrit par Le Républicain de l'Essonne le . Publié dans Val d'Orge Nord

N16-2col-cale-REMIGNARD

Communauté d'agglomération Les Lacs de l'Essonne : D’ici quelques mois, la communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne mettra en service sa monnaie locale, le lac.
Gilles Rémignard, vice-président en charge de l’économie sociale et solidaire, nous explique ce projet qui a pour but de favoriser les commerces et les services de proximité.

Le Républicain : Après plusieurs années à travailler sur ce projet, la monnaie locale va bientôt entrer en vigueur dans les deux communes de la communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne (Cale). Avez-vous une date précise ?
Gilles Rémignard : « En fonction des orientations du comité de pilotage qui penche actuellement dessus, cette monnaie locale devrait sortir soit à la fin de l’année soit début 2014. Ce projet, porté par la Cale mais aussi par des commerçants, des usagers et différents types de services, a pour ambition de faire que l’argent reste dans le territoire où la richesse est produite. »

- Concrètement, comment cela fonctionnera-t-il ?    
G.R. : Une association, qui sera créée courant novembre, s’occupera de déposer l’argent en euros sur un compte spécial du Crédit coopératif. Tout sera garanti et autorisé, sous conditions, par la Banque de France. Les clients pourront ensuite faire leurs courses dans les commerces participant à cette opération. Les gérants pourront quant à eux dépenser cet argent dans d’autres commerces. L’objectif est que cette monnaie soit le moins possible rééchangée en euros.

- Pourquoi avoir souhaité mettre un tel projet en place ?
G.R. : L’idée est de fidéliser les habitants aux commerçants du territoire, un peu à l’image d’une carte de fidélité. A l’instar des grandes surfaces, les petits commerces n’ont pas toujours les moyens de proposer ce type de service. Avec cette monnaie, ils seront ainsi plus attractifs et l’on pourra réduire le déséquilibre qui existe aujourd’hui entre ces deux sortes de structures.

- La ville de Toulouse a choisi le sol-violette, Montreuil, la pêche. La Cale a-t-elle déjà adopté un nom ?
G.R. : Oui, on paiera en lac. Un lac équivaudra à un euro. Ces deux villes sont l’exemple que cela marche, et ce ne sont pas les deux seules. Au Pays basque aussi, l'eusko rencontre un franc succès.  Il existe d’autres monnaies locales qui sont rentrées dans l’ordinaire des Français, comme les chèques déjeuner ou les smiles. L’objectif est de créer un réseau afin que cette monnaie reste le plus longtemps possible en circulation.

- Comments les usagers pourront-ils connaître les commerçants qui participent ?
G.R. : Un site Internet sera prochainement mis en ligne. Mais nous comptons beaucoup sur l’échange. Le lac sera beaucoup plus qu’une monnaie, il permettra de créer de l’échange. Des gens qui ne se connaissent pas se rencontreront pour discuter ensemble de ce moyen de paiement, de comment il fonctionne, à qui il profite. C’est quelque chose qu’on ne peut pas faire avec l’euro. C’est dans ce cadre que nous allons mettre en place des rencontres, lors du mois de l’économie sociale et solidaire. Un soirée ouverte à tous sera ainsi proposée le jeudi 28 novembre, à la Friche, située à Viry-Chatillon. Les habitants pourront y obtenir tous les renseignements qu’ils souhaitent grâce à des ateliers pratiques, comme des jeux de rôle. A terme, nous voulons que le lac soit beaucoup plus qu’une simple monnaie.


Propos recueillis par Nolwenn Cosson
 


Articles