Coronavirus : les structures qui restent ouvertes

Coronavirus : les structures qui restent ouvertes

0
PARTAGER

Depuis midi ce mardi 17 mars, l’Essonne et le reste de la France sont placées en confinement. La décision a été annoncée hier soir par le président de la République lors d’une allocution télévisée : « Restez chez vous » a-t-il déclaré avant de présenter les nouvelles mesures sanitaires face à l’épidémie de Coronavirus.

Les consignes sont claires : « Restez chez vous ». Lundi 16 mars, Emmanuel Macron a renforcé les mesures sanitaires pour limiter la propagation du Coronavirus sur le territoire. Il a ainsi demandé à l’ensemble des Français de limiter leurs déplacements et de ne pas quitter leur domicile. Sans pour autant prononcer une seule fois le mot « confinement ». Pourtant, depuis aujourd’hui, mardi 17 mars à midi, il est interdit de sortir de chez soi sans présenter une attestation de déplacement dérogatoire. Celle-ci est nominative et valable uniquement pour les trajets entre le domicile et le lieu de travail (si l’exercice de son activité à distance n’est pas possible), pour effectuer des achats de première nécessité, pour se soigner, pour des motifs familiaux impériaux et, enfin, pour des sorties brèves à proximité du domicile. L’autorisation doit être imprimée sur le site du gouvernement, présentée sur un smartphone ou recopiée sur un papier libre.

Cette nouvelle mesure, qui sera sanctionnée par des amendes allant de 35 à 135 euros si elle n’est pas respectée, intervient après la fermeture des établissements scolaires et des commerces dits non-essentiels. Mais alors quelles sont les structures qui restent ouvertes durant cette crise sanitaire et quels sont les services maintenus ? En dehors des pharmacies, des supérettes et hypermarchés, les commerces de détail (boucherie, boulangerie, épiceries…), les hôtels, les sites de location de machines, les réparateurs, les blanchisseries, les magasins d’alimentation pour animaux ou encore les services funéraires peuvent poursuivre leur activité. Ces établissements sont en partie répertoriés ici.

Des services publics toujours actifs, des lieux de cultes restreints

Concernant la collecte des déchets sur le territoire essonnien, les syndicats concernés (Siredom, Sivom, Siom de la vallée de Chevreuse, Semardel, etc.)  assurent « avoir pris les dispositions pour assurer le ramassage des poubelles et le traitement des déchets ». En revanche, l’accès aux déchèteries et aux éco-centres est fermé jusqu’à nouvel ordre. Et certaines collectes pourraient être perturbées dans les jours à venir, comme le détaille le Sivom sur son site Internet : encombrants, bacs pour le verre, cartons pour les commerçants sont suspendues depuis le mercredi 18 mars. Et les végétaux ne seront plus ramassés à partir du 23 mars. Tous appellent les Essonniens au civisme et leur demandent de bien « déposer les déchets dans les bacs et les points de collecte prévus à cet effet, en aucun cas sur la voie publique car la salubrité est plus que jamais indispensable et vitale. Il faut également enfermer les mouchoirs et les masques chirurgicaux dans un sac en plastique. Jetez-les dans la poubelle d’ordures ménagères ».
Pour tout ce qui est démarche administrative, de nombreuses collectivités ont fermé les mairies. Dans la majorité des cas, seuls les services Civils sont maintenus. La préfecture de l’Essonne encourage fortement à privilégier les démarches numériques. Enfin, notez que la CCI a fermé ses portes au public jusqu’au 31 mars.

Quant aux Essonniens qui souhaiteraient pratiquer leur religion, «les lieux de culte relevant de la catégorie V sont autorisés à rester ouverts. Tout rassemblement ou réunion de plus de vingt personnes en leur sein est interdit jusqu’au 15 avril, à l’exception des cérémonies funéraires », précise le gouvernement dans son arrêté.

A noter que les collectes de sang sont maintenues sur le territoire essonnien.