Omnisports : Le casse-tête des clubs pour jouer

Omnisports : Le casse-tête des clubs pour jouer

0
PARTAGER
Les féminines du FC Fleury 91 (ici Charlotte Fernandès contre Lyon) font partie des rares équipes essonniennes qui pourront jouer ce week-end. ©Béatrice Usseglio

L’Etat d’urgence sanitaire décrété par le Premier ministre Jean Castex sur l’ensemble du territoire national à partir du vendredi 16 octobre à minuit avec la mise en place d’un couvre-feu de 21h à 6h en Ile-de-France notamment pour au moins quatre semaines impacte fortement l’organisation des compétitions sportives dans le département.

Jouera ? Jouera pas ? Depuis mercredi soir et l’annonce par le président de la République, Emmanuel Macron, de la mise en place dès ce samedi d’un couvre-feu de 21h à 6h en Ile-de-France et dans les métropoles de Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Saint-Étienne, Rouen, Montpellier et Toulouse pour ralentir la propagation de l’épidémie de Covid-19, les clubs sportifs situés dans ces régions tentent de s’organiser pour pouvoir disputer leur match qui était prévu ce week-end. Si beaucoup n’ont pas pu éviter le report, d’autres ont en revanche pu maintenir leur rencontre.
C’est notamment le cas des clubs de football du département de l’Essonne dont la plupart des rencontres étaient programmées l’après-midi. Les féminines du FC Fleury 91, qui bénéficient en plus du statut professionnel, accueilleront bien ce samedi (14h30) leurs homologues du Paris FC pour un derby francilien très attendu. En ce week-end de Coupe de France, les six derniers représentants essonniens engagés au 5e tour (Fleury, Sainte-Geneviève, Les Ulis, Linas/Montlhéry, Courcouronnes, Paray, Massy) pourront jouer ce dimanche.
Pour le rugby, la rencontre d’Elite 1 féminine entre le RC Chilly-Mazarin et Lyon, prévue ce dimanche à 15h a été maintenue. Venant en train, les Lyonnaises bénéficient d’une dérogation grâce à leur billet. En revanche, les joueurs du CA Orsay RC (Fédérale 2), qui vont faire le déplacement jusqu’au Rheu (Ille-et-Vilaine) dimanche en autocar, ont dû avancer la rencontre d’une heure (coup d’envoi à 14h) pour pouvoir être de retour chez eux avant 21h.
Le match de l’US Ris-Orangis (Fédérale 2) à Bourges devait lui aussi débuter à 14h mais il n’aura finalement pas lieu, plusieurs joueurs de l’équipe du Cher ayant été testés positifs à la Covid-19. Même cause, même conséquence pour le RC Massy-Essonne (Nationale) qui, à la suite des tests PCR réalisés cette semaine, dénombre plus de cinq cas positifs, obligeant le report du match prévu samedi soir à Bourgoin-Jallieu (Isère).

Des matchs avancés mais finalement reportés

Pour les sports de salle, la plupart des rencontres ont été annulées. Depuis lundi et le renforcement des mesures sanitaires pour lutter contre la propagation du virus dans dix-huit communes de l’Essonne (Gif-sur-Yvette, Orsay, Palaiseau, Massy, Verrières-le-Buisson, Yerres, Montgeron, Brunoy, Boussy-Saint-Antoine, Crosne, Draveil, Epinay-sous-Sénart, Quincy-sous-Sénart, Vigneux-sur-Seine, Grigny, Ris-Orangis, Evry-Courcouronnes, Corbeil-Essonnes), tous les clubs de ces villes ne pouvaient plus s’entraîner, leur gymnase étant fermé jusqu’au 26 octobre, excepté pour les Phénix de Ris-Orangis (roller in line hockey) qui ont bénéficié d’une dérogation pour leurs deux équipes seniors féminine et masculine évoluant en N1. Les garçons pourront donc recevoir Rouen ce samedi (16h30) à la Halle Jacki-Trévisan mais à huis clos. En déplacement à Lons-le-Saunier (Jura), les basketteurs de l’ES Massy ont, eux, bénéficié d’une dérogation pour rentrer dans la nuit.
Les autres clubs dont les rencontres étaient prévues en soirée ont dû les avancer avec l’accord de leur fédération, de leur adversaire et des arbitres. Programmées samedi à 21h, les handballeuses de Saint-Michel Sports devaient recevoir Moncoutant à 18h15 mais finalement la rencontre a été réportée, le préfet de l’Essonne Eric Jalon ayant décidé, vendredi soir, de fermer tous les établissements sportifs clos et couverts pouvant accueillir du public dans le département. Le Savigny Handball 91 (N1) ou l’AP Ignyssoise (N3 tennis de table), qui avaient avancé leur match pour pouvoir accueillir Pouzauges (Vendée) et Fouesnant (Finistère) samedi après-midi seront donc au repos forcé. « Et ça risque de durer un petit moment, prévient Thomas Chabrerie, le coach savinien. Car en plus des matchs, il y a aussi l’organisation des entraînements qui ont lieu le plus souvent à partir de 20h30. On va essayer de les avancer mais les joueurs, qui travaillent la plupart, ne seront pas tous disponibles pour ces nouveaux horaires. »
La fin du couvre-feu n’étant pas prévue avant début décembre, le calendrier des compétitions sera donc bouleversé. « On parle de ne disputer qu’une phase, au lieu de deux habituellement, sur l’ensemble de la saison pour permettre le déroulement de toutes les rencontres du championnat de France par équipe », confie Sébastien Barthélémi, le directeur technique de l’AP Ignyssoise.

Finalement, ce sont les handballeurs du Massy Essonne Handball qui s’en sont le mieux tirés pour ce week-end. Programmée vendredi soir au centre omnisports Pierre-de-Coubertin, leur rencontre face à Besançon a eu lieu avec du public et en plus les Massicois, qui n’ont pas été épargnés par la Covid-19 depuis cet été, l’ont emporté (32-25).

Aymeric Fourel