Milly-la-Forêt : les volleyeurs au sommet

Milly-la-Forêt : les volleyeurs au sommet

0
PARTAGER
Debout, de gauche à droite : Yves-Marie Ory (professeur), Marie (arbitre), Victor, Luc, Jad, Arnaud, Mathis, Alexis, Sébastien Bodin (éducateur au club milliacois). A genoux : Lauryn (coach), Dorian, Tom, Erwan, Axel, Julien, Roman, Chiara (coach). Absent sur la photo : Soren.

Les minimes de la section volley du collège vont disputer les championnats de France.

Une deuxième place lors des championnats inter-académiques et les voilà en finale ! Depuis cette performance à Coutances en Normandie début février, les élèves de 4e et 3e de la section sportive du collège Jean Rostand ont le sourire aux lèvres : ils vont participer aux championnats nationaux. « Ils s’entraînent deux heures par semaine au collège, puis deux autres sessions et des matchs avec le club de Milly-la-Forêt (le CVBM), où ils sont licenciés, assure Yves-Marie Ory, professeur et responsable de la section. Certains font partie des trente meilleurs joueurs de la région et peuvent viser des pôles sportifs. Au collège, cela va au-delà du sport, de leur attitude et des résultats. Nous leur véhiculons des valeurs de vie de groupe et de citoyenneté. »

« Dans les trois meilleurs, au moins »

Depuis huit ans, la section sportive, spécialisée dans le volley, navigue sereinement. Avec cette année 74 élèves répartis de la 6e à la 3e, en partenariat avec le club milliacois. « Pour nous, c’est l’occasion de former des jeunes au volley, et d’alimenter nos équipes seniors », commente Sébastien Bodin, éducateur aussi bien au club qu’au collège. Du 25 au 28 mars, les jeunes prodiges se déplaceront donc à Aurillac pour se jauger aux 12 meilleures équipes de l’année lors de ces championnats de France. « On vise le podium », sourit Yves-Marie Ory qui se souvient de la 5e position de son équipe en 2016. Une ambition partagée par Jad, capitaine, qui a commencé le volley grâce à cette section sportive. « J’espère qu’on sera dans les trois meilleurs, au moins. »

Retrouvez cet article dans nos éditions papier et numérique du jeudi 21 février.

LAISSER UNE RÉPONSE