Essonne : l’état du cimetière interpelle à Saint-Vrain

Essonne : l’état du cimetière interpelle à Saint-Vrain

0
PARTAGER
Des mauvaises herbes sont présentes à proximité des tombes.

Les mauvaises herbes s’accumulent, alors qu’une entreprise d’insertion fait défaut pour son entretien. Une pétition a été lancée.

Pour lui, c’est « une honte ». Claude Allard sillonne les allées du cimetière ce mercredi 10 juillet. Ce retraité pointe du doigt les mauvaises herbes qui jalonnent son parcours. «C’est la jachère, on n’arrive même plus à accéder aux tombes, reprend-il. C’est se moquer du monde. Ma femme et mes parents sont ici, j’ai dit au maire qu’il n’y avait aucun respect pour nos morts. » Claude Allard a décidé de passer la vitesse supérieure en déposant une pétition « à la boulangerie, à la pharmacie et à La Cigale, précise-t-il. Le maire m’a expliqué qu’il ne pouvait plus mettre de produits phytosanitaires. »

Une entreprise qui fait défaut

Ce que confirme le principal intéressé, Pierre Cochard, maire de Saint-Vrain, qui a pris la plume pour écrire à ses administrés. « Le cimetière est mal entretenu et paraît à l’abandon, pourtant ce n’est pas ma volonté ni celle du Conseil municipal, assure-t-il. Toutefois j’assume la responsabilité de son état. Depuis fin 2018, nous avons décidé de ne plus utiliser d’herbicides pour l’entretenir. Aussi, nous avons fait appel début 2019 à une entreprise d’entretien d’espaces verts à vocation sociale d’insertion par le travail (ESAT). Le contrat passé avec cet ESAT stipule l’entretien régulier du cimetière et du centre bourg avec dix passages. L’entreprise n’a fait qu’un passage, avant la fête communale. »

Un traitement par herbicides a donc été effectué la semaine passée, et des discussions sont d’ores et déjà entamées avec un autre ESAT. Avant de trouver une situation pérenne pour avoir un cimetière en bon état ? Les idées d’un enherbement des allées ou de l’embauche d’un employé dédié à ce poste sont étudiées.

Retrouvez cet article dans nos éditions papier et numérique du jeudi 18 juillet.

LAISSER UNE RÉPONSE