Rugby : Massy n’y arrive toujours pas

Rugby : Massy n’y arrive toujours pas

0
PARTAGER
Billy Ropiha, genou à terre, pris dans l'étau breton, résume à lui seul les difficultés massicoises rencontrées vendredi soir contre Vannes.

Rien ne va plus à Massy qui a concédé sa sixième défaite en autant de rencontres de championnat vendredi soir à domicile contre Vannes (6-21). 

Le mal est plus profond qu’on le pensait. Une semaine après leur déconvenue contre Angoulême (19-20), les joueurs du RC Massy-Essonne se sont à nouveau inclinés à domicile contre Vannes (6-21) vendredi soir. Les Massicois affrontaient pourtant le premier relégable mais ils sont passés complètement à côté de leur match. A aucun moment, ils n’ont donné le sentiment qu’ils pouvaient faire la différence. Au contraire. « On n’est pas au niveau de la Pro D2, lâche Stéphane Gonin. Ce soir, aucun secteur de jeu n’a fonctionné. » En premier lieu, la défense. Sur la première banderille bretonne, Anthony Bouthier perce la défense massicoise comme dans du beurre. L’arrière vannetais est rattrapé in extremis par Ropiha (12e) à deux mètres de la ligne. Mais les visiteurs insistent par leurs avants et pilonnent la ligne essonnienne. Les pénalités pleuvent. Les Bretons préfèrent toutefois jouer la mêlée. A raison. Privés du pilier Kaikatsishvili et du talonneur Delhommel, les Massicois sont en souffrance. M. Guatelli accorde logiquement un essai de pénalité (0-7, 15e).

Gênés par le vent, Maëlan Rabut et Hansie Graaff ne parviennent pas à renvoyer le jeu dans le camp breton. Massy est contraint de relancer à la main, mais là aussi les Bleus et Noirs sont déprimants. Incapables de lancer une séquence de jeu de plus de trois passes, ils ne parviennent pas à mettre du rythme dans une rencontre qui en manque cruellement au grand dam des spectateurs du stade Jules-Ladoumègue qui commencent à pester sur les choix entrepris par les coéquipiers de Baptiste Delage, capitaine d’un soir en l’absence de Christophe Desassis (commotion). Mais sur une percée de Graaff, Vannes se met à la faute et l’ouvreur-buteur sud-africain, réduit la marque sur une pénalité de 40 mètres face aux poteaux qui permet à Massy de ne pas être fanny à la pause après une première période insipide (3-10).

La seconde période est du même acabit que la première. Les Massicois n’ont pas un ballon à se mettre sous la dent. Réduits à 14 pendant vingt minutes après les exclusions de Chellat (fautes répétées en mêlée) et Mendès (en avant volontaire), les Bleus et Noirs concèdent un second essai sur une mêlée. Comme à l’entraînement, après un gros travail des avants, le demi de mêlée Menzel combine avec Bly qui part petit côté pour tromper la défense massicoise (6-18, 58e).

Et même quand les Massicois semblent en bonne position de marquer, ils n’y arrivent pas comme sur cette pénal-touche à cinq mètres de la ligne vannetaise où le lancer de Gau – trop loin – atterrit dans les bras d’un joueur adverse qui peut éloigner le danger (67e). Massy a laissé passer sa chance de revenir dans le match.

Sans être génial Vannes maîtrise et score une dernière fois sur une pénalité de Moeke pour s’assurer la victoire et empêcher Massy de décrocher un éventuel bonus (6-21, 76e), qui pointe désormais à onze longueurs du maintien. Un gouffre.

Chellat : « Il faut refaire vivre la mentalité massicoise »

Alors que se profile la semaine prochaine le match des mal classés chez le promu Bourg-en-Bresse (15e), joueurs et entraîneur affichaient guère d’optimisme. « Quand on n’a pas de mêlée, pas de touche, ça devient vite compliqué. Le problème, c’est que chacun attend que le copain fasse l’effort pour faire avancer l’équipe, fustige Mathieu Lorée. Il faut montrer plus de détermination dans ce que l’on entreprend. Il faut arrêter de se regarder le nombril et aller tous dans le même sens. » Pour le pilier Sofiane Chellat, le problème est avant tout dans la tête : « Beaucoup de nouveaux joueurs son arrivés, des anciens sont partis. Il faut refaire vivre la mentalité massicoise basée sur le combat. Le  niveau de la Pro D2 est de plus en plus élevé. On a perdu les premiers matchs, il en reste vingt-quatre pour aller chercher le maintien. Il faut s’inspirer de ce qu’a fait Carcassonne la saison dernière ». « Il faut vite rebondir mais la semaine va être compliquée. Il va falloir se frotter la tête pour trouver un angle d’attaque avant d’aller à Bourg », lance l’entraîneur des trois quarts Stéphane Gonin, qui a encore enregistré la perte d’un homme fort en la personne du 2e ligne irlandais John Madigan (commotion).

Aymeric Fourel

MASSY – VANNES : 6-21 (3-10). Arbitre : M. Guatelli (comité Auvergne/Rhône-Alpes). 1 800 spectateurs environ.

Evolution du score : 0-7, 0-10, 3-10 (mt) ; 6-10, 6-13, 6-18, 6-21.

Les points. Pour Massy : 2P : Graaff (40e, 46e)Pour Vannes : 2E : de pénalité (15e), Bly (58e) ; 1T : de pénalité (15e) ; 3P : Moeke (23e, 51e, 76e).

Cartons jaunes : Chellat (47e), Mendès (57e) à Massy ; Vosawaï (30e) à Vannes.

L’équipe de Massy : Rabut – Mendès (Grimoldby, 68e), Delage (cap.), Ropiha (Sella, 51e), Bituniyata – (o) Graaff, (m) Prier (Lorée, 51e) – Azagoh (Abadie, 48e-58e), Cazac (David, mt), Gorin – Charlon, Madigan (Chauveau, 2e) – Currie (Ferrer, 51e), Bordes (Gau, 51e), Chellat (Abadie, 19e-26e puis 58e)Entr. : Faugeron, Gonin et Larousse.

L’équipe de Vannes : Bouthier (Hilsenbeck, 68e) – Fartass, Hickes, Burgaud, Bly (Pic, 64e) – (o) Moeke, (m) Menzel (Payen, 71e) – Chalmers, Vosawaï (cap.), Kamikamica (Abiven, 46e) – Lagioiosa (Tuohy, 46e), Cramond – Tafili (Kite, 59e), Blanchard (Cloostermans, 46e), Fry (Neparidze, 59e)Entr. : Spitzer et Fraser.

LAISSER UNE RÉPONSE