Rugby : Orsay royal

Rugby : Orsay royal

0
PARTAGER
Dylan Diemer au moment d'aplatir l'essai de la victoire contres Suresnes. ©M.B.

Les Orcéens se sont ouvert les portes des demi-finales du championnat de France de Fédérale 2 en dominant Suresnes (28-23) dimanche dernier à Versailles.

« Et on a soif, et on va tout casser, et si ça continue, il va y avoir du chahut ! » Ce refrain entonné par les supporters du CA Orsay RC après chaque victoire de leur équipe pourrait bien être le tube du mois de juin. Les Tangos se sont en effet qualifiés pour les demi-finales du championnat de France de Fédérale 2 en disposant de Suresnes (28-23) dimanche dernier à Versailles. Un succès acquis dans les arrêts de jeu sur un essai de Dylan Diemer. « Le ballon sort bien de la mêlée. Clément Anon feinte la passe avant de me servir. Même si je peux transmettre à un coéquipier sur ma droite, je préfère y aller seul », raconte le centre orcéen, tout à sa joie de disputer une nouvelle demi-finale un an après avoir remporté le titre de champion de France Nationale B avec Massy.

Encore une fois, Orsay s’est montré décisif en fin de match. « On n’est pas les plus costauds mais on réussit toujours à faire la différence », sourit Dylan Diemer. Le turnover insufflé par les entraîneurs n’y est pas étranger. « Sur les phases finales, ça nous a jusqu’à maintenant souri. Tous les joueurs se sentent concernés et surtout ça nous apporte beaucoup de fraîcheur physique », estime Frédéric Kaltenbach. Alors que les Suresnois semblaient à la recherche d’un second souffle, les Orcéens l’avaient déjà trouvé avec les entrées des avants Verrier, Thion, Pennec, De Gennes et Gvozdenovic. Menés à la pause (16-20), ils ont renversé le cours du jeu sur un essai de Bossu sur une passe au pied de Clément Anon (23-20, 57e). Et même si Icher remet à égalité les deux équipes (23-23, 73e), les Essonniens ont finalement le dernier mot. « Je pensais qu’on avait fait le plus dur en menant 10-3 (15e après un essai de pénalité sur un maul porté écroulé), mais Suresnes a recollé au score (10-10, 18e). Ils ont même pris l’avantage mais on ne s’est pas affolés comme à Nort. On est allés chercher la gagne, apprécie Ivan Dury. Et maintenant, on va essayer d’aller au bout. »

En demi-finale, Orsay sera opposé à Hyères/Carqueiranne/La Crau le 18 juin. Les Tangos ont donc trois semaines pour bien préparer ce match qui pourrait leur offrir une première finale depuis 2003 (Fédérale 3).

Aymeric Fourel

A Versailles, Orsay – Suresnes : 28-23 (16-20). Arbitre : M. Praderie (comité Côte Basque/Landes).

• Les points. Pour Orsay : 3E : de pénalité (15e), Bossu (57e), Diemer (80e+1) ; 2T : Fleureau (15e), Navarro (57e) ; 2P : Fleureau (5e), Lagarde (40e+3) ; 1D : Fleureau (21e). Pour Suresnes : 2E : Gicquel (18e), Perfettini (34e) ; 2T et 3P (10e, 28e, 73e) : Icher.

• Carton blanc : Gvozdenovic (71e) à Orsay. Carton jaune : Bajart (56e) à Suresnes.

• L’équipe d’Orsay : Fleureau (Girardeau, 38e) – Genestier, Paubert (cap.), Diemer, Bossu – (o) Lagarde (Navarro, 50e), (m) C. Anon – Pouplot, Moulé (Gvozdenovic, 41e), Ducrocq – Calohard (Pennec, 41e ; De Gennes, 52e), Puech (Calohard, 55e) – Loison (Thion, 41e), Cousin, Wehrli (Verrier, 41e). Entr. : Dury et Kaltenbach.

LAISSER UNE RÉPONSE