Football : Viry tient son exploit

Football [Coupe de France] : Viry tient son exploit

0
PARTAGER
Ivres de joie, les joueurs de Viry-Chatillon ont communié avec le public du stade Henri-Longuet après la rencontre. ©M.B

La magie de la Coupe de France a encore opéré. L’ES Viry-Chatillon a créé l’exploit samedi après-midi en éliminant en 32es de finale le SCO d’Angers, club de Ligue 1, grâce à un but de Mahamadou Sacko (1-0).

« Allez Viry, allez Viry, allez Viry ! » Les spectateurs du stade Henri-Longuet sont debout et n’attendent qu’une chose : que M. Letexier ne siffle la fin du match alors qu’on vient d’entrer dans le temps additionnel. Sept minutes plus tard, l’arbitre délivre enfin les Catselvirois au bout d’une interminable attente. Xabier Marcilla, le capitaine, tombe dans les bras de son entraîneur, Walid Aïchour, avant que Ludovic Danga, le coach adjoint, n’entonne une petite chanson devant le public, ivre de joie après l’énorme exploit réalisé par les Canaris contre Angers samedi après-midi (1-0). Il faut en effet remonter à 1986 et la victoire de l’AS Evry, alors en DHR (6e niveau national), contre le grand Toulon de Rolland Courbis (1-0) pour voir un club de niveau régional sortir un pensionnaire de Ligue 1. Trente-trois ans après, Viry s’est offert un remake au terme d’une prestation exceptionnelle de courage et d’abnégation.

Car les Angevins ont largement dominé la première période, se créant une bonne demi-douzaine d’occasions. Santamaria est le premier à se mettre en évidence sur une frappe de 30 mètres captée en deux temps par Da Silva (10e). Puis Bahoken, seul aux six mètres, bute aussi sur le gardien castelvirois (20e) avant que ce dernier ne détourne en corner un coup de Franc de Mangani (27e) puis un tir de Bahoken (34e). Le duel entre le portier essonnien et l’attaquant angevin est à deux doigts de tourner à l’avantage du second à la 38e minute. « Sur l’action, je glisse mais il (ndlr : Bahoken) glisse aussi et ne peut reprendre le ballon car il rebondit sur une motte de terre », raconte Vincent Da Silva, élu homme du match. Les Essonniens font le dos rond et parviennent à regagner les vestiaires avec un  score de parité (0-0). « Tous les espoirs sont permis », lance Jean-Marie Vilain, le maire de Viry-Chatillon

Les Castelvirois le savent et jouent leur chance à fond. Alors que Karagiannis vient de se faire refuser un penalty – à juste titre –, Viry insiste et trouve l’ouverture sur leur première occasion du match. Une frappe à bout portant de Sacko (1-0, 50e) qui fait chavirer de bonheur le stade Henri-Longuet. Et dire que la présence de ce dernier était incertaine la veille de la rencontre en raison d’une douleur à une cheville. « Je peux remercier le kiné de l’équipe qui m’a permis de jouer strappé, explique le buteur. J’ai marqué au bon moment et on n’a ensuite rien lâché. »

Et comme cela ne suffisait pas pour Angers, dans la foulée, le défenseur central angevin Mateo Pavlovic sort sur blessure. Les minutes défilent et l’exploit est en marche. Angers est toutefois tout près d’égaliser sur une nouvelle occasion en or, Manzala butant sur Da Silva, le grand bonhomme de l’après-midi (80e), dont chaque intervention est acclamée par le public. Sur le banc angevin, Stéphane Moulin s’agace car il sent son équipe incapable d’égaliser.

Euphoriques, les Castelvirois parviennent à préserver leur petit but d’avance à la grande joie du président Pascal Mazeau, qui revenait pour la première au stade Henri-Longuet depuis un an en raison de ses problèmes de santé : « Cela fait du bien. Je suis dans un bonheur absolu car c’est inespéré de battre un club de Ligue 1. Mais les joueurs ont réalisé un très grand match. Je suis fier d’eux. C’est une belle revanche sur ce que l’on a vécu ces derniers mois avec la double rétrogradation. J’ai aussi une pensée pour M. Villadier (ndlr : président fondateur du club décédé en février 2014) et son épouse qui est à l’hôpital. Maintenant, on va attendre sagement le tirage au sort (ndlr : lundi 7 janvier) et pourquoi pas jouer à nouveau contre un club de l’élite. »

Aymeric Fourel

VIRY-CHATILLON ANGERS : 1-0 (0-0). Arbitre : M. Letexier1 500 spectateurs environ.

But : Sacko (50e).

Avertissements : Keita (24e), Marcilla (32e), Djocko (61e), Bensaïdi (90e+1) à Viry ; Mangani (69e) à Angers.

Viry-Chatillon : Da Silva – Smeralda, Marcilla (cap.), Ngoyi, Sankouna – Djoko Ketchateng, Keita (Yahya, 84e), Sacko (Saint-Péron, 90e+4), Karagiannis – Mbimbe Doumbe (Kiemba, 70e), Bensaïdi. Entr. : Aïchour.

Angers: Butelle – Manceau, Pavlovic (Traoré, 57e), Thomas, Capelle – Santamaria – Reine Adelaïde (Manzala Tusumgama, 77e), Ndoye (cap.), Mangani (Kanga, 59e), Fulgini – Bahoken. Entr. : Moulin.

LAISSER UNE RÉPONSE