Handball : Massy joue sa Ligue des Champions

Handball : Massy joue sa Ligue des Champions

0
PARTAGER
Johann Caron et ses coéquipiers ont enregistré une dixième défaite en déplacement ©C.P.

En déplacement chez le leader montpelliérain ce soir (20h) pour le compte de la 17e journée de Starligue, le Massy-Essonne Handball souhaite se servir de cette rencontre comme un tremplin vers le match de l’année contre Ivry dans deux semaines.

Massy va devoir rebondir après la cruelle défaite (20-29) à domicile devant Tremblay mercredi dernier. Cependant, cela ne sera pas une mince affaire car l’équipe héraultaise joue les premiers rôles en Ligue des Champions. De plus, largement battus (19-26) jeudi dernier par le Paris SG, le Montpellier Hb voudra, à coup sur, se relancer devant son public. « On ne peut pas rivaliser avec une équipe de ce calibre. En tout cas on va se servir de cette partie pour corriger ce qui n’a pas fonctionné contre Tremblay notamment l’aspect offensif où l’on essayera de retrouver de la stabilité en attaque. C’est une étape de travail avant le grand rendez-vous contre Ivry (le 21 mars). Nous aurons ensuite une semaine de coupure pour se mettre dans les meilleures dispositions », confie Tarik Hayatoune, le technicien massicois.

Massy pas au complet

Déjà blessé mercredi dernier, Jules Portet (cheville) ne fera pas le déplacement dans le sud tout comme Etienne Lamy (coude), Mirko Herceg (cheville) et Welsau Bungue (tendinite). « On ne va pas prendre de risque pour cette rencontre. Le but est que tout le monde soit prêt pour Ivry », révèle le coach massicois. Ce sera peut-être l’occasion de voir les premières minutes de Lucas Rance (arrière gauche) et de Martin Renault (pivot) tous les deux membres de l’équipe réserve qui évolue en Nationale 3. Arrivé depuis mi-février, Nicolas Huygue devrait lui aussi avoir un peu plus de temps de jeu. « Nico (ndlr : Huygue) s’est parfaitement intégré au groupe. Il progresse d’entraînements en entraînements du fait de son énorme investissement », confie Tarik Hayatoune avec beaucoup de satisfaction.

Jérémy Andrieux

LAISSER UNE RÉPONSE