Transports en Essonne : Non aux sacrifiés du RER D !

Transports en Essonne : Non aux sacrifiés du RER D !

0
PARTAGER
Les élus locaux, les usagers et le député Franck Marlin ont manifesté devant le siège d'Ile-de-France Mobilités à Paris.

Si les usagers du RER D sont écœurés, les élus du Sud-Essonne, le porte-parole d’Adumec, Franck Marlin, le Collectif des habitants et associations du Val de Seine et de la branche Malesherbes sont plus que jamais mobilisés pour défendre les utilisateurs de la branche Malesherbes/Corbeil et de la Vallée.

Mercredi 13 décembre, dès 8h et malgré la pluie, ils étaient nombreux à faire le déplacement jusqu’au siège du Syndicat régional Ile-de-France Mobilités (ex-Stif), situé dans le 9e arrondissement de Paris.

Tous ont répondu à l’appel à manifestation lancé par l’association Adumec, une association qui regroupe des élus de terrain et des usagers qui se battent sans relâche depuis près d’un an contre le projet de la Sncf de supprimer les directs sur le Rer D, et le Collectif des habitants et associations du Val de Seine.

Leur but ce matin-là était clair : exiger le maintien des RER directs et donc s’opposer à ce fameux projet de service annuel 2019 (SA2019) qui a pour conséquence la mise en place de correspondances sur la ligne du RER D à compter de décembre 2018. Et donc imposer aux usagers un changement obligatoire de train à la gare de Viry-Chatillon ou de Juvisy-sur-Orge pour aller ou revenir de Paris.

« Notre lutte se poursuit »

Profitant de la réunion du conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités ce mercredi 13 décembre au cours duquel le syndicat régional devait se prononcer sur ce projet de service annuel 2019, les manifestants ont interpellé et sensibilisé chacun des élus siégeant au sein de ce Conseil à leur arrivée.

Un document de 8 pages, réalisé par le Collectif, qui démontre à quel point le projet de la SNCF est injuste et ne correspond pas du tout aux attentes des usagers leur a été distribué.

Sitôt le projet de la Sncf adopté par Ile-de-France Mobilités, Franck Marlin, porte-parole d’Adumec et député de l’Essonne, a dénoncé le mépris des élus du conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités à l’égard des usagers, des associations et des élus de proximité mobilisés depuis près d’un an maintenant.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans nos éditions papier et numérique du jeudi 21 décembre.

LAISSER UNE RÉPONSE