Escape game : l’ancienne mairie de Draveil transformée en laboratoire secret

Escape game : l’ancienne mairie de Draveil transformée en laboratoire secret

1
PARTAGER
Le laboratoire infesté est une des deux salles disponibles à l'ouverture. © Secret Jeegs

L’escape game « Secret Jeegs » a ouvert ses portes le 17 septembre. La mission donnée aux participants : sauver l’humanité des menaces extraterrestres. La partie peut se jouer à minimum deux personnes.

« Prêts à sauver le monde ?« , peut-on lire sur le flyer annonçant l’arrivée d’un nouvel espace de jeu à Draveil. Le 17 septembre, l’escape game « Secret Jeegs » a ouvert ses portes au public. L’occasion pour les Draveillois de redécouvrir l’ancienne mairie, transformée en laboratoire secret pour les besoins du jeu d’évasion. A l’intérieur du bâtiment, réaménagé du sous-sol aux combles, les participants devront sauver l’humanité des menaces extraterrestres.

Pour mener à bien la quête principale, dont l’intrigue a été inventée par les fondateurs, cinq salles seront à terme mises à disposition des joueurs. Mais le 17 septembre, seules deux salles ont été ouvertes : le laboratoire infesté et le portail. Dans la première, l’équipe, qui doit compter au moins deux personnes, doit « faire preuve de courage et affronter la menace OVNI« , tandis que dans la seconde salle, elle doit « activer le portail » et se « rendre sur la planète ennemie pour la détruire« . Scénarii et énigmes ont été développés par la société In Game design, dont la co-fondatrice, Ania Mouravnik, est yerroise.

L’escape game a reçu la visite du maire, Richard Privat, à l’occasion de son ouverture le 17 septembre. © Mairie de Draveil
Un escape game nouvelle génération

« C’est une mission en totale immersion, une aventure qui est jouée, où les participants sont les héros« , détaille Stéphane Jouannaud, qui ouvre l’escape game avec sa femme Gwenaëlle. Tous les deux friands de jeux d’évasion, ils ont eu l’envie de créer le leur en septembre 2020. Ce qui fait leur force aussi, en plus de l’intrigue commune aux cinq salles : la dimension nouvelle génération. « Il n’y a pas de cadenas, c’est 100 % électronique« , explique Stéphane.

 

1 commentaire

Comments are closed.