Essonne : Sept élèves du lycée Nadar de Draveil dans les airs

Essonne : Sept élèves du lycée Nadar de Draveil dans les airs

0
PARTAGER

L’établissement professionnel a été sélectionné par le Centre national d’études spatiales pour préparer des expériences en vol. A partir du 7 avril, les élèves auront la chance de vivre un moment unique près de Toulouse.

« C’est la seule fois dans notre vie où on aura la chance de faire cela. » Joey, comme son camarade Guerelens, est ravi. Du 7 au 11 avril, aux côtés de ses cinq autres camarades de classe de terminale maintenance des équipements industriels, il participera au projet Parabole, soit la préparation d’expériences en vol pour la société Novespace, avec le concours du Centre national d’études spatiales (Cnes). En effet, le lycée Nadar est le premier établissement professionnel, a avoir été sélectionne, en plus de deux autres lycées généraux, pour participer à ce projet appelé Parabole.

Cet appel à projet est organisé chaque année par le site de Toulouse du Cnes. « Nous avions candidaté une première fois l’année dernière, mais notre projet n’était pas abouti », fait savoir Ghislaine Bazir, proviseure. Sept élèves se sont alors portés volontaires pour répondre à l’objectif de cet appel à projet, à savoir proposer cinq dispositifs qui serviront, par exemple, à déterminer la masse d’un objet en apesanteur.

Les maquettes ont été vérifiées en présence d’un ingénieur du Cnes le 17 novembre.
« Nous avons pu vivre de nouvelles expériences »

« Les professeurs avaient imaginé des plans, et au fur et à mesure, nous les avons améliorés », raconte Joey, 17 ans. Les jeunes ont été aidés par quatre professeurs, dont Ludovic Lavit, qui est à l’initiative du projet. Depuis septembre, les élèves travaillent par petits groupes, à raison de deux ou trois heures tous les jeudis. Chaque duo s’est concentré sur une expérience proposée. Joey a notamment travaillé sur l’étanchéité, et Guerelens sur le châssis qui sera à bord de l’engin en vol. Parmi les autres objets d’étude, certains élèves se sont penchés sur le poids d’un bocal en apesanteur, l’évolution de la courbe d’un jet d’eau dans sa chute ou encore la différence de pression. « Nous avons mis de l’eau dans un tuyau, dans lequel a on disposé des plus petits tuyaux, afin de voir jusqu’à quel niveau l’eau montera en impesanteur », explique Guerelens, 18 ans. Après vérification par un ingénieur du Cnes, Jean-Michel Martinuzzi, leurs maquettes ont été adressées aux partenaires du projet Parabole le 18 mars.

Bien qu’ils soient sept à participer, seulement deux élèves pourront monter à bord. Daryl et Nicolas représenteront le lycée dans les airs. Mais pour ces élèves de terminale, tout est bon à prendre : « Nous avons pu découvrir d’autres choses et vivre de nouvelles expériences », lance le lycéen de 18 ans. Yannick Le Cruguel, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques du lycée Nadar, confirme que c’est un plus pour eux. « Ces expériences s’inscrivent dans le programme de formation des élèves. Elles permettent d’ajouter un aspect scientifique complémentaire au projet de baccalauréat de certains. »

LAISSER UNE RÉPONSE