Tennis de table : six équipes de l’Essonne en championnat de France...

Tennis de table : six équipes de l’Essonne en championnat de France par équipe, c’est historique !

0
PARTAGER
L’équipe 2 d’Igny/Palaiseau (de gauche à droite) : Bruno Tardella, Mathieu Combe, Robin Locatelli, Benjamin Renaud, Nathaël Hamdoun. ©pignypong/M.H.

Le tennis de table essonnien a le vent en poupe. Pas moins de six équipes disputeront la seconde phase du championnat de France en janvier prochain. Une première.

Si l’on déplore la descente historique du SC Draveil en Prénationale (7e et avant dernier de la poule P de Nationale 3 masculine), les trois autres clubs engagés sur la première phase se sont brillamment comportés à l’image des féminines de l’ES Viry-Chatillon et des garçons du CTT Chilly-Mazarin/Morangis. Les deux promus ont joué les premiers rôles de leur poule pour se maintenir aisément. Victorieuses de Neuves-Maisons (8-2) samedi dernier, les Castelviroises bouclent cette première partie de saison à une très prometteuse deuxième place (6v, 1d) comme les Chiroquois, expéditifs à Vineuil/Suèvres (8-0). Ces derniers avaient le potentiel pour monter en N2 mais la défaite sur tapis vert à Jeumont (1re journée) a compromis leurs chances. « On ne peut pas avoir de regrets. On en aurait eu si on avait battu les premiers (ndlr : la réserve de Saint-Quentin) », estime le capitaine Raphaël Stéau.

Chilly et Igny voient double

« Cette première phase est pleinement réussie car notre équipe 2 monte en N3 », se félicite le président Yann Pocard. Avec deux équipes en N3, son club se donne une chance supplémentaire de monter. « On va pouvoir aligner notre meilleur quatuor dans l’une des deux poules que l’on jugera la plus faible », explique Raphaël Stéau. Le CTTCMM sera accompagné de son homologue de l’entente Igny/Palaiseau (lire encadré), dont l’équipe première a pris la 4e place de la poule C de N2 (4v, 1n, 2d) après sa victoire samedi dernier contre le leader Caen (8-2), venu avec une équipe bis. « Si on a…

Aymeric Fourel

• La suite de cet article dans le Républicain de l’Essonne disponible en kiosque ou sur notre site internet.

LAISSER UNE RÉPONSE