Essonne : Stéphane Beaudet quitte Les Républicains

Essonne : Stéphane Beaudet quitte Les Républicains

0
PARTAGER

La Fédération de Les Républicains de l’Essonne n’a plus de président. En effet, Stéphane Beaudet, qui avait été élu à la tête de cette fédération en janvier 2016 vient d’annoncer sa démission moins de deux ans après.

Dans son communiqué, Stéphane Beaudet déconnecte ce choix de l’élection de Laurent Wauquiez à la présidence de Les Républicains au niveau national. « Ce choix repose, après 30 années d’engagement partisan sans faille, sur ma volonté, à l’aune des évènements politiques de 2017, d’être en phase avec la commune dont je suis maire depuis 2001, une commune penchant à gauche à 70% lorsque je ne suis pas candidat, et que j’ai remporté, pour la troisième fois consécutive, à plus de 80% dès le premier tour en 2014. Ici, la notion de clivage, d’appartenance n’a, à l’évidence, plus aucun sens », explique-t-il.

Stéphane Beaudet est maire de Courcouronnes depuis 2001. Il a été de 2001 à 2015 1er vice-président de la Communauté d’agglomération Evry-Centre Essonne travaillant au-delà des clivages politiques. Il est resté vice-président quand l’agglomération est devenue Grand Paris Sud en 2016.  Il est par ailleurs élu au Conseil régional d’Ile-de-France depuis 2010 et vice-président depuis la victoire de Valérie Pécresse aux élections régionales de 2015.

« Il ne s’agira pas, pour moi, de basculer par opportunisme dans un quelconque autre parti. Je veux, d’une certaine manière, retrouver toute la liberté qui n’est pas, vous le savez bien, celle d’un homme d’appareil. J’appartiens de concert depuis longtemps à la droite républicaine et à Courcouronnes. J’ai décidé aujourd’hui de me consacrer à ce territoire et ses habitants dans lequel j’ai tout investi et qui m’a rendu beaucoup tout en poursuivant mes engagements à la Région Ile de France », ajoute Stéphane Beaudet.

Sans étiquette, mais pas sans opinion, Stéphane Beaudet va continuer à travailler pour Courcouronnes et la région en tirant les conséquences des scrutins électoraux de 2017 et l’attente du profond changement exprimé par les Français.

LAISSER UNE RÉPONSE