Ils disent non à la fermeture de la trésorerie de Limours

[Essonne] Ils disent non à la fermeture de la trésorerie de Limours

0
PARTAGER
Les élus de Briis-sous-Forges ont rapidement affiché leur mécontentement sur la façade de la mairie.

Alors que le conseil municipal de Briis-sous-Forges a voté une motion pour s’opposer à la fermeture du centre des finances publiques de Limours, qui devrait être effective au 1er janvier 2018, les autres villes de la communauté de communes se mobilisent aussi. Elles ont lancé une pétition pour sauvegarder ce service public de proximité.

Les rumeurs sont devenues réalité : le centre des finances publiques de Limours fermera ses portes au 1er janvier 2018. Même si, pour l’heure, l’information n’a pas encore été officialisée par la direction générale des finances publiques. Mais face à cette nouvelle, dévoilée au hasard lors d’une simple signature de convention en septembre, la mobilisation des élus ne s’est pas faite attendre.

Notamment du côté de Briis-sous-Forges, où le conseil municipal a adopté une motion à l’unanimité lors de la séance du 9 octobre. « Nous nous opposons fortement à la disparition de ce service public de proximité. C’est une décision brutale et unilatérale de la direction générale des finances publiques. Ils nous parlent de rationalisation et justifient cette fermeture, en partie, par l’augmentation des déclarations en ligne », regrette Emmanuel Dassa, maire de Briis-sous-Forges, qui dénonce un désengagement de l’Etat vis-à-vis de la communauté de communes, puisque les services aux usagers (le conseil à l’impôt et certains services sociaux) seront délocalisés à Palaiseau. Quant à la gestion des comptes des collectivités, elle sera transférée à Dourdan.

Des déplacements et des frais supplémentaires

« Le maintien du centre des finances publiques à Limours constitue un enjeu important pour le service public et dans un contexte de crise économique profonde et durable, un enjeu primordial pour le soutien à la cohésion sociale et aux économies locales. Ce centre gère 14 communes et cinq établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), soit 63 budgets. C’est une double peine pour les communes », précise Emmanuel Dassa, qui souligne que les villes du Pays de Limours ont énormément de régies.

Une pétition a été lancée par l’ensemble des communes du Pays de Limours.

LAISSER UNE RÉPONSE