Essonne : les cambrioleurs accrocs au tabac

Essonne : les cambrioleurs accrocs au tabac

0
PARTAGER

Ces derniers mois, les cambriolages de bars-tabacs se sont multipliés dans l’Essonne.

La montée du prix du tabac a évidemment exacerbé les malfaiteurs en recherche d’argent facile. Depuis la dernière augmentation du prix du tabac qui date du 20 août dernier, le prix moyen du paquet de cigarettes est passé à 7,90 €. Il oscille selon les marques entre 7,60 et 9,30 €. Voler plusieurs dizaines voire plusieurs centaines de paquets de cigarettes peut rapidement faire un butin d’une valeur importante. Et ce n’est pas fini puisque les prix augmenteront encore le 22 octobre prochain et encore dans les mois et années à venir jusqu’à atteindre le prix de 10 € le paquet en 2020. L’attrait de ces cambriolages va donc se renforcer encore à l’avenir.

Les buralistes au bord du désespoir

De ce fait, ces derniers mois ont été marqués par de nombreux cambriolages chez des buralistes essonniens. Bouville, Corbreuse, Etréchy, Milly-la-Forêt, Roinville-sous-Dourdan ont ainsi fait partie des victimes cette année, une fois, deux fois, voire quatre fois pour les plus malchanceux. Des faits qui ne se cantonnent pas à l’Essonne puisque la Seine-et-Marne a également été le théâtre de faits du même type. Des cambriolages qui s’accompagnent à chaque fois de dégâts dans les locaux. Alors, lorsque l’on a été volé une fois, on est philosophe. Deux fois, on est en colère. Trois fois, on devient désespéré. Ils sont nombreux ainsi à songer à jeter l’éponge, tout simplement.

« Les bureaux de tabac sont devenus comme les banques et les bijouteries, assure Nicolas Labeille, gérant de la librairie de la halle à Milly-la-Forêt. Mais je ne peux pas faire installer un sas de sécurité, les gens ne viendraient plus, ce n’est pas dans l’esprit d’une librairie ou d’un bureau de tabac. Cela donne envie de laisser tomber la vente de cigarettes… » Il se remémore la nuit du 21 au 22 août derniers, quand il a été cambriolé. Avant d’opérer place de la halle, les malfaiteurs avaient pris le soin de cadenasser l’entrée de la gendarmerie. « C’est un commando para-militaire qui est entré dans mon…

Retrouvez l’intégralité de cet article dans nos éditions papier et numérique du jeudi 4 octobre.

LAISSER UNE RÉPONSE